L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / Janvier-mars 2004 : Chronique d’un bras de fer entre la Recherche Publique et le Gouvernement

Janvier-mars 2004 : Chronique d’un bras de fer entre la Recherche Publique et le Gouvernement

SUD-infos-Express n° 6 - 1er mars 2004

Par SUD Recherche EPST, le 2 mars 2004

JANVIER : 7 janvier : lancement de la lettre-pétition sur internet par le collectif " Sauvons la Recherche ", qui reçoit très vite un large écho dans les médias et parmi les personnels de la Recherche. 15 janvier : publication du communiqué " Sauvons la Recherche ? tous ensemble " de SUD Recherche EPST, exposant notre point de vue sur la Recherche Publique et sa place dans la société 29 janvier : succès exceptionnel des manifestations appelées par l’intersyndicale, avec le soutien du collectif SLR. FEVRIER : Dans un premier temps le gouvernement a essayé de déconsidérer les organismes de recherche (cf. les opportunes fuites d’un rapport de l’Inspection Générale des Finances publiées dans l’Express du 2 février). Face à la mobilisation grandissante, il essaie maintenant d’amadouer les chercheurs par une série de contre-feux qui sont autant d’effets d’annonce, mais sans rien lâcher de sa volonté de précariser l’emploi et les financements de la recherche publique :
- Le lancement d’une " concertation sur l’avenir de la recherche ", d’ores et déjà ouverte à tous sur le site du Ministère, devant déboucher sur des " Assises Nationales " en juin et un projet de loi d’orientation à l’automne ? Mais le Ministère a déjà formulé, dans un document introductif, les questions qu’il met en débat et qui en disent long sur ses intentions ? A titre d’exemple : " Quelles durées pour les CDD ? " ou, pour les " personnels d’appui technique et administratif " : " A quelles ruptures doit-on se préparer et comment les aider à y faire face ? " ? Cela promet !
- L’annonce de crédits supplémentaires ? mais en réalité il s’agit simplement de crédits gelés de 2002, que le gouvernement avait promis, sous la pression, de rendre aux organismes en étalant leur versement sur 2004 et 2005 et qu’il va finalement leur verser entièrement en 2004 ? sans un euro de plus.
- Enfin, dans le communiqué de presse de la Ministre du 27 février, l’annonce, à la limite de la désinformation, que " 120 postes statutaires supplémentaires (chercheurs et ITA), actuellement gelés, seront libérés et ouverts au concours en 2004 " (en chercheurs seulement ?). Mais en réalité, il s’agit simplement d’une optimisation de la gestion des emplois : des CDD déjà présents dans les EPST et gagés sur des emplois de titulaires seront transférés sur les " nouveaux CDD " créés en 2004, libérant ainsi des possibilités de recrutement sur les emplois de titulaires qu’ils occupaient ? Ce tour de passe-passe ne recrée pas un seul des 550 emplois de titulaires supprimés au budget 2004 !
- et, cerise sur le gâteau, la promesse de rémunérer les nouveaux CDD " chercheurs " 30 % de plus que les titulaires ! MARS : Amplifions la mobilisation contre la précarité, pour le service public de recherche
- Continuons à exiger le rétablissement des 550 emplois de titulaires supprimés, par la voie d’un collectif budgétaire.
- A la pseudo-consultation du Ministère sur Internet à l’adresse répondons " Rendez d’abord les 550 emplois de titulaires supprimés ! "
- Participons aux AG et aux actions organisées localement : journées " Recherche et Facs en berne ", notamment lors de la venue de Ministres ou responsables d’organismes, initiatives en direction du " grand public " ?
- Mobilisons-nous à Paris et dans les régions : le 9 mars : jour où les Directeurs d’Unités signataires de la pétition doivent démissionner de leurs responsabilités administratives : manifestons tous notre insatisfaction face aux fausses réponses du gouvernement ; le 12 mars : journée d’action nationale dans l’Education et la Recherche.
- Demandons l’organisation d’Etats Généraux de la Recherche Publique véritablement ouverts à tous les acteurs de la recherche (chercheurs, techniciens, ingénieurs, personnels administratifs, doctorants, ?), dans toutes ses composantes (fondamentales et appliquées), et ouverts aux attentes de toute la société (et pas seulement des dirigeants d’entreprises !)
- Soutenons la première contribution large à ce débat, sur le volet agriculture, " pour une agriculture durable, ? " sur le site : Défendons tous ensemble un vrai service public de recherche ! L’issue de ce bras de fer dépendra de la mobilisation des personnels : toutes et tous mobilisé-e-s les mardi 9 & vendredi 12 mars !