L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
Accueil / Les archives / Archives 2004 / Comptes-rendus et communiqués du collectif (archives) / Message et communiqué de presse 6 mars 2004

Message et communiqué de presse 6 mars 2004

Par Bertrand Monthubert, le 6 mars 2004

Au programme :

1) Communiqué de presse du collectif "Sauvons la Recherche" du 6 mars 2004

2) Précisions sur les modalités de démission des directeurs d’unités et chefs d’équipes

1) Communiqué de presse du collectif « Sauvons la Recherche », 6 mars 2004. Les propositions faites par le gouvernement le 27 février en réponse à l’action de « Sauvons la Recherche ! », si elles constituaient une première avancée et soulignaient ainsi la justesse de nos revendications, demeurent totalement insuffisantes. Le communiqué du Premier Ministre du 5 mars n’apporte rien de nouveau qui soit concret et ne change donc rien à la position du collectif. Avec plus de 60 000 signataires exerçant dans la recherche, et près de 150 000 citoyens soutenant notre mouvement (dont 40 000 signatures obtenues à Paris mercredi dernier), nous sommes à un moment décisif. Les récentes assemblées générales dans les laboratoires, ainsi que les réunions de directeurs de laboratoire confirment la forte détermination de ces derniers à démissionner. La décision finale sera prise lors de l’assemblée des directeurs de laboratoires et de chefs d’équipe, le 9 mars à Paris.

Messieurs Etienne-Emile Baulieu et Edouard Brézin ont pris l’initiative de proposer un comité dont le rôle serait d’organiser, en toute indépendance vis-à-vis du gouvernement, des Etats-Généraux de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur permettant de définir collectivement un projet d’avenir. Le collectif a été informé de la composition provisoire de ce comité, qu’il a été appelé à discuter. Le collectif apprécie la juste place qui lui est faite dans la constitution du comité : celle-ci exprime la reconnaissance de la légitimité du mouvement et du rôle qu’il devra jouer dans ces Etats-Généraux. « Sauvons la Recherche » s’assurera de la représentativité des différentes composantes de la recherche, garante de leur adhésion à ce débat.

Le collectif souligne que le rôle précis de ce comité sera déterminant : il organisera des débats ouverts, structurés autour de grandes questions afin de recueillir les opinions des différents acteurs concernés par la recherche.Ces débats seront menés d’abord à l’échelon local, pour aboutir à des synthèses régionales puis nationales, et des recommandations qui devront être prises en compte pour le budget 2005 et pour la préparation de la loi d’orientation et de programmation de la recherche. Le collectif « Sauvons la Recherche » fera tous ses efforts pour optimiser l’organisation de débats faisant appel à toutes les forces vives des milieux de la recherche (universités, organismes de recherche, laboratoires de recherche privés), et au-delà à tous les citoyens préoccupés par la place de la recherche dans notre pays, dont les associations de malades, les industriels, les journalistes et les hommes politiques. Une attention particulière sera apportée à la place des jeunes. L’ambition de ces débats est aussi de déterminer la place de la recherche dans notre pays pour les 10 ans à venir, et les moyens qu’il apparaît souhaitable de lui attribuer.

La décision de démission le 9 mars et l’organisation des Etats généraux constituent deux questions indépendantes pour lesquelles le collectif « Sauvons la Recherche » assumera toutes ses responsabilités.

2 )Précisions sur les modalités de démission Nous rappelons que la présence à l’assemblée générale du 9 mars de tous les directeurs de labo + chefs d’équipe est très importante. Pour ceux qui ne pourraient se déplacer en personne, nous souhaitons qu’il puissent se faire représenter par un collègue. A défaut ils pourront confier un pouvoir à un autre participant à l’assemblée générale, voir le modèle : http://recherche-en-danger.apinc.org/article.php3?id_article=507

Enfin, pour ceux qui n’auraient aucune de ces possiblités, nous leur proposons d’envoyer un courrier électronique à l’adresse : demission@apinc.org dont le sujet sera : "démission" et dont le contenu du message sera sur le modèle qui suit, et dans le même temps d’adresser leur lettre de démission signée par courrier à l’adresse :
Alain Trautmann
Dépt de Biologie Cellulaire, Institut COCHIN
INSERM U567, CNRS UMR 8104, Bat Gustave-Roussy
22, rue Méchain 75014 PARIS

*******************************
Je soussigné PRENOM NOM, directeur (ou chef d’équipe) de l’unité INTITULE déclare mon engagement à envoyer la lettre suivante ce jour :
Monsieur le Directeur Général/Monsieur le Président d’Université,
Depuis de longues semaines, la communauté scientifique a tenté d’attirer l’attention des autorités politiques sur le sort indigne qui était fait à la recherche publique dans notre pays. En tant que responsable d’une unité de recherche, je me sens particulièrement comptable des perspectives de carrière des plus jeunes de mes collègues, actuellement en thèse ou en séjour post-doctoral. La suppression récente de 550 postes dans la recherche, sonne comme une trahison vis à vis de ces jeunes d’un très haut niveau de formation, qui après plus de 10 ans d’études, s’apprêtaient à concourir pour obtenir un poste de chercheur dans le secteur public. Je ne peux accepter l’indifférence de notre gouvernement vis à vis de ces jeunes qui n’a d’égale que son imprévoyance quant à la nécessaire programmation pluriannuelle de l’emploi scientifique dont notre pays a besoin. Assurer la responsabilité d’une unité de recherche dans de telles conditions, c’est cautionner un abandon de la recherche publique qui ne me paraît plus acceptable. En conséquence, je vous demande, Monsieur le Directeur Général, de me décharger de la responsabilité de Directeur d’Unité que vous m’aviez confiée.
Fait à , le 9 Mars 2004
*******************************