L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (13)
Accueil / Tribunes et Contributions / Pourquoi pas la greve MAINTENANT qui aurait un fort impact ??? Parce que......

Les medias sont tournes vers les chercheurs, le gouvernement a des sueurs froides ....

Pourquoi pas la greve MAINTENANT qui aurait un fort impact ??? Parce que......

Par Fleur, le 10 mars 2004

Je me suis mobilise pour ce mouvement de protestation depuis 2 mois. Comme de nombreux jeunes chercheurs, j’avais beaucoup d’espoir en la journee du 9 mars. Elle semble avoir ete "positive" si l’on peut dire, et pourtant, pourtant.... je viens de comprendre soudainement que les jeunes chercheurs seraient bel et bien abandonnes.

Bonjour,

Je suis tout a fait solidaire du mouvement. Du mieux que j’ai pu, j’ai essaye de contribuer a sa force avec beaucoup d’espoir. A distance (j’habite helas tres loin de la France... inutile d’en preciser la raison, elle semble evidente....), j’ai suivi avec interet la journee du 9 mars. Je crois que l’on peut se feliciter de la demission des directeurs de labo (enfin 50% seulement dirait-on...).

Certaines personnes, sur ce site, "attaquaient" la bonne foi des chercheurs protestataires, les accusant de ne vouloir, dans la realite, defendre que leurs interets "personnels" et non ceux des jeunes chercheurs en situation desesperee... Je n’ai jamais voulu croire une telle chose.

En ce soir du 9 mars, prenant la mesure du battage mediatique qui donne la mesure de la colere des chercheurs, je me demande pourquoi les chercheurs, s’ils sont si determines, ne profitent pas de leur DROIT DE GREVE ???? Car une greve venant dans la foulee des demissions aurait certainement eu beaucoup de poids (tous les medias sont tournes avec les chercheurs, le gouvernement a des sueurs froides...), et pourtant, il ne semble pas du tout en etre question. Ne serait-ce pas une question de jours de greve non payes, qui empecherait les chercheurs de se mettre en greve ???

Je refuse de croire que les chercheurs ne se mettraient pas en greve pour ne pas penaliser les etudiants et jeunes chercheurs. Etre en greve n’empeche pas, a mon avis, de passer quelques heures par jour a travailler avec un etudiant en these, ou de cesser la greve au moment du passage des concours de recrutement des jeunes chercheurs, n’est ce pas ?? Cela n’empeche pas non plus de venir au labo pour regler quelques affaires courantes etc..., n’est-ce pas ?? (surtout quand on sait que les thesards travaillant dans ces memes labos ne sont pas forcement tres incites au repos le soir apres 19 heures ou le week-end..)

Bref, etant en situation precaire depuis des annees, j’avais grand espoir en la journee du 9 mars. Bien que les demissions aient effectivement eu lieu conformement a mes esperances, je viens de realiser la realite de la situation : les organismes de tutelle ont 2 mois pour accepter ou refuser les demissions, bref tout le temps de laisser trainer les choses, jusqu’a ce qu’il soit trop tard pour rajouter le moindre poste au concours de recrutement 2004. J’entend aussi que le directeur de l’INSERM a declare qu’il refuserait ces demissions. En ce qui concerne le CNRS ou autre, je n’ai pas de nouvelles, mais soudain, je comprend que oui, le mouvement va s’effilocher, NON ON NE FERA RIEN POUR LES JEUNES...

Je realise, apres 2 mois de mobilisation pour ce mouvement de protestation, toute l’inutilite de mes efforts : la solidarite des chercheurs "fonctionnaires" montre ses limites... La greve ne semble pas a l’ordre du jour, cela veut tout dire.

LE GOUVERNEMENT A LAISSE PASSER DE BELLES OCCASIONS.... LES CHERCHEURS AUSSI...

un post-doc expatrie auparavant extremement naif, et au soir du 9 mars, soudainement realiste et desabuse..