L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Comités loc. et transv. / La Rochelle / Compte-rendu de la manifestation du collectif rochelais Sauvons la recherche

Compte-rendu de la manifestation du collectif rochelais Sauvons la recherche

Mardi 9 mars 2004, 16h

Par Martin Glesser, le 10 mars 2004

La manifestation rochelaise a été un véritable succès. Elle a rassemblé plusieurs centaines de participant venant de tous les UFR de l’Université de La Rochelle et des personnels ITA de l’INRA (Domaine du Magneraud à Surgères et Station de St Laurent de la Prée).

Toute la communauté universitaire (enseignant-chercheurs, doctorants, personnels administratif et de laboratoire) est venue soutenir les directeurs de labo démissionnaires (6 démissions à l’Université de La Rochelle). Les représentants du collectif local sauvons la recherche, ont d’abord été reçus par le député-maire de La Rochelle puis par le directeur de cabinet du préfet de Charente-maritime.

Au représentant du pouvoir législatif chargé à la fois de contrôler l’action du gouvernement et de voter la loi, comme au représentant du pouvoir exécutif chargé d’impulser la politique nationale et d’exécuter la loi, les représentants du collectif ont remis symboliquement une copie des démissions des directeurs de labo rochelais afin de relayer l’action du mouvement national. Alors que le directeur de cabinet du préfet s’est engagé à faire remonter à son ministère de tutelle ainsi qu’au ministre chargé de la recherche les copies des démissions rochelaises que nous lui avons remis, le député-maire s’est lui engagé à rejoindre l’éventuel groupe de députés qui devrait être constitué, toutes orientations politiques confondues, pour intervenir auprès du premier ministre afin que celui-ci prenne acte de la nécessité de réunir des états généraux qui intègrent des représentants de toutes les composantes de la recherche française.

Pendant notre marche entre l’Hôtel de ville et la préfecture, nous avons pu constater la grande sympathie des rochelais pour notre action en faveur de la recherche. Si le chef de l’Etat devait aujourd’hui, par referendum, interpeler les français sur la nécessité de faire une loi de programmation pour la recherche qui, non seulement établirait une politique scientifique cohérente en réorganisant les missions des instituts de recherche et de l’université, mais aussi, établirait une revalorisation des moyens humains et financiers en favorisant l’emploi des jeunes chercheurs et l’augmentation des budgets recherche, à n’en pas douter, les français voteraient massivement oui à la recherche.

C’est pour cette raison que le mouvement continue plus que jamais. Alors que l’électrochoc initial portait sur le blocage des crédits recherche votés en 2002 et la suppression du plan pluriannuel de recrutement de chercheurs, la revendication qui aujourd’hui prime est la convocation d’états généraux de la recherche. Avec la démission aujourd’hui de plus de 2000 directeurs de labo, le statut quo n’est plus possible. Les chercheurs ne veulent pas que la recherche soit raccommodée, ils veulent qu’elle soit repensée. Il s’agit aujourd’hui de renégocier un contrat moral avec l’Etat. Un contrat qui pose clairement des objectifs scientifiques, qui éclaircisse l’organisation nationale de la recherche et qui enfin détermine les conditions financières du développement de la recherche.

Le collectif rochelais est solidaire du mouvement national sauvons la recherche. Il se veut aussi une force de proposition. Vous êtes donc tous invités à faire part de vos propositions. Les chercheurs doivent rester mobilisés. L’action continue.

Ce texte a été rédigé par Victor Domingues un des porte-parole du collectif rochelais.