L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
Accueil / Les archives / Archives 2004 / Comptes-rendus et communiqués du collectif (archives) / Et après le 9 mars ? Message d’Alain Trautmann du 11 mars 2004

Et après le 9 mars ? Message d’Alain Trautmann du 11 mars 2004

Par Bertrand Monthubert, le 11 mars 2004

Beaucoup de signataires s’interrogent sur ce que nous allons faire maintenant. Dans le discours que j’ai fait devant l’assemblée générale des Directeurs d’Unités, j’ai dit en particulier :

" Au nom du Collectif, j’appelle les laboratoires à se déclarer désormais LABOS EN LUTTE, tant que la réponse gouvernementale ne sera pas plus satisfaisante. Etre un labo en lutte ne signifie pas arrêter tout travail : ce serait irréaliste et déraisonnable. Cela signifie multiplier des actions qui soient compatibles avec un certain maintien de l’activité de recherche. En particulier, nous appelons à couper toute relation avec le Ministère de la Recherche, par exemple à refuser toute évaluation des ACI. "(voir le texte complet : http://recherche-en-danger.apinc.org/article.php3?id_article=572)

Il faut maintenant que les signataires, et plus largement tous ceux qui partagent nos analyses sur la situation de la recherche, se réunissent dans les laboratoires pour définir localement des formes d’action qui rendent visibles par nos concitoyens ces labos en lutte.

Le collectif appelle à participer massivement aux journées d’action du 12 et du 19 mars (voir plus de détails dans mon discours).

Concernant la participation aux réunions organisées par le DG et le Président du CNRS, 2 réactions sont possibles. (1) Jusqu’à présent, les DU sont allés à ces réunions en faisant une déclaration liminaire protestant contre le calendrier forcé de ces réunions, puis en participant à la réunion. (2) Il me semble logique, maintenant que les DU sont démissionnaires, qu’ils n ?ont plus qualité pour participer à ces réunions entre une direction générale et des chefs d ?unité. Cela ne constitue en rien une attaque contre la direction du CNRS. Cela signifie que, désormais, le débat sur l’avenir de la recherche doit se faire dans le cadre des Etats Généraux (qui incluera bien entendu ce genre de débat), et non pas dans le cadre de réunions qui seraient décidées par le Ministère ou des directions d’organismes, qui ignoreraient délibérément ces Etats Généraux.

Je propose que la décision soit en dernière instance prise localement, par les Comités locaux : il est important par dessus tout, que localement, les DUs essaient de se mettre d’accord entre eux.

La première réunion du Comité National d’Initiative et de Proposition pour la Recherche Scientifique (CNIPRS) aura lieu mardi 16 mars. La composition de ce comité a été donnée dans la presse. Il comporte à l’heure actuelle 26 membres dont 9 du Collectif "Sauvons la Recherche". Plusieurs sièges sont encore vacants et devraient permettre d’équilibrer un peu sa composition. Les membres de SLR qui y siègent seront à l’écoute de ce qui se passe et se dit dans les labos, et s’exprimeront dans ce comité afin que ces Etats Généraux soient vraiment nos Etats Généraux. Nous veillerons en particulier à ce que très rapidement la parole soit donnée aux assemblées locales, dans les régions, dans des conditions où tous pourront s’exprimer. Nous veillerons aussi à ce que les synthèses de ces débats soient ensuite réellement prises en compte pour la suite des Etats Généraux.

La suite, ce sera 2 dates : vers octobre-novembre, les conclusions finales avec un grand colloque. En juin, des conclusions intermédiaires, indispensables pour pouvoir peser sur la loi de finances 2005 (qui sera préparée cet été).

D’autres infos seront données après la prochaine réunion du Collectif.

Nous pouvons être fiers de nous, restons mobilisés, solidaires et imaginatifs !

Alain Trautmann