L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (10)
Accueil / Tribunes et Contributions / La blouse blanche, signe ostensible

La blouse blanche, signe ostensible

Par Boris Vauzeilles, le 12 mars 2004

A la suite de la dispersion de la manifestation parisienne des chercheurs de ce mardi 9 mars, nous étions un petit groupe à descendre la rue Soufflot pour reprendre le RER à Luxembourg, lorsque nous nous sommes heurtés à un cordon de CRS. Ceux-ci nous ont, fermement, demandé de quitter nos blouses blanches. Une petite discussion a suivi, nous leur avons demandé les raisons de cette requête pour le moins surprenante, voire choquante.

"C’est un signe ostensible".

"Signe ostensible"... la formule claque.

"Signe ostensible" ? La blouse blanche que je porte tous les jours ? Ostensible, certes, elle est blanche ! Mais signe ? de quoi ?

Signe d’appartenance à la communauté scientifique ? Ce serait donc devenu quelque chose à cacher ? Quelque chose de dangereux ?

Signe que "la recherche, c’est aussi la paillasse !", "l’intelligence de la main", comme le disait le matin même notre premier ministre ?

"Signe ostensible". Ce ne sont plus des mots anodins, ce ne sont pas des mots choisis au hasard par un fonctionnaire de police. Dans cette formule, la blouse blanche rejoint directement les signes religieux. Va-t-on interdire la blouse blanche à l’école ? Va-t-on la réserver à certains lieux où des illuminés, des chercheurs, continueront à croire au mythe de la Science ?

Bien entendu, il fallait garder une trace de ces dangereux agitateurs en blouse blanche, et nous avons tous été discrètement photographiés.

Une fois le cordon de CRS passé, j’ai cédé à la tentation certes un peu provocatrice de remettre ma blouse. Quelques instants plus tard, venant de derrière leurs cars, une demi-douzaine de CRS s’est précipitée vers moi. J’ai bien entendu retiré ma blouse, devenue visiblement dangereux objet de propagande, avant qu’il ne soit trop tard.

J’ai été profondément choqué par cette attitude, et je pense que les personnes qui étaient avec moi aussi.

Je souhaite dénoncer ce signe visible d’une certaine évolution de notre société, et je sollicite le collectif "Sauvons la Recherche" pour d’éventuelles suggestions d’actions, ainsi que pour recueillir d’autres témoignages.

Pour que nous puissions porter nos blouses de travail, sans en avoir honte...

Boris Vauzeilles

Chercheur