L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (2)
Accueil / Les archives / Archives 2002-2003 / Textes en débat / Pour ne pas être une colonie

Pour ne pas être une colonie

le 22 avril 2003

J’ai trouvé, sur le site du réseau Voltaire, un article dont je vous donne copie de l’introduction. Source : http://www.reseauvoltaire.net

J’y ajoute un commentaire qu’il m’a inspiré. D’abord, l’article : « Suprématie du dollar : Le talon d’Achille des USA. L’instauration du monde unipolaire se joue actuellement à travers la conflit irakien et la destruction de l’ONU. Mais la guerre en Irak cache une autre guerre : celle du contrôle de la monnaie. Dans cette guerre financière, les États-Unis tentent de maintenir le dollar comme monnaie unique de référence, tandis qu’une partie du monde essaie d’utiliser l’euro comme alternative à l’hégémonie états-unienne. Le basculement commence fin 2000, lorsque l’Irak décide de libeller en euros et non plus en dollars ses transactions pétrolières et commerciales. L’initiative est suivie par la Corée du Nord et l’Iran. En mars 2001, l’un des moteurs de l’OPEP, le Venezuela, fait une intervention remarquée sur l’usage de l’euro pour la fixation du prix du pétrole. En 2002, la Chine et la Russie commencent à convertir leurs avoirs financiers du dollar vers l’euro. Si l’administration Bush a ses propres raisons pour attaquer l’Irak, elle est soutenue par les institutions financières états-uniennes pour défendre l’hégémonie du dollar. Au delà de la guerre contre l’Irak se déroule une guerre financière mondiale, au centre de laquelle se trouve l’Union européenne. »

Mon commentaire :

Ce point de vue incite à pousser l’analyse un peu plus loin, ce qui montre que le comportement du gouvernement vis à vis de la recherche met en danger l’avenir même de l’Europe, en la mettant en situation d’infériorité dans la balance commerciale, (en raisonnant comme le font nos gourous économistes) :

On sait que l’Amérique consomme une grande part de la production mondiale. Elle payait en Dollars, (qu’elle produisait facilement !). Si maintenant il faut qu’elle paye certaines marchandises, ou matières premières, en Euros, cela ne doit pas beaucoup lui plaire, surtout avec un euro cher. Cependant, il y a un grave danger : alors que les USA négligent complètement l’enseignement élémentaire et secondaire public, (contrairement à la « vieille Europe »), ils font payer au prix fort l’enseignement supérieur aux étudiants qui le peuvent, (ce qui leur permet d’ attirer par des salaires imposants des chercheurs-professeurs de très haut niveau) . Conséquence :les USA exportent de la haute technologie (en raflant les cerveaux du monde entier), notre situation est alors un peu semblable à celle des pays du tiers monde par rapport aux pays industrialisés : on leur achète leurs matières premières à bas prix, et les produits manufacturés, fabriqués avec ces matières premières, leur sont revendus au prix fort. Colonialisme pas mort ! Les pays de culture et d’humanisme produisent des cerveaux, et les USA les achètent et nous revendent ce qu’ils produisent. Il est donc urgent d’augmenter les budgets de recherche, au lieu de les diminuer, comme le fait Raffarin, (ce nul), de payer correctement les chercheurs,et de leur donner des moyens, sinon nous serons de plus en plus en situation de dépendance.

Gérard CLEMENT, chef d’établissement Educ Nle. Retraité.