L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / Comités loc. et transv. / Le Havre / Aux universitaires havrais non encore signataires et/ou responsables de laboratoire

Aux universitaires havrais non encore signataires et/ou responsables de laboratoire

le 13 mars 2004

Cet article déjà diffusé en interne à l’université du Havre tient lieu d’un appel pour la mise en place d’un comité local et aussi une incitation à rejoindre le mouvement de démission collective des responsables de la recherche.

mardi 9 mars 2004 22h40

Chers collègues

« SAUVONS LA RECHERCHE ! »

Ce mardi 9 mars 2004, j’ai participé à l’assemblée des directeurs de laboratoire et responsables d’équipes de recherche organisée par le collectif « sauvons la recherche ». Sans aucune prétention et sans aucun mandat explicite mais en toute responsabilité, j’ai signé une lettre de démission dont je ferrai (j’ai fait)parvenir une copie à notre président d’université.

Les débats très responsables qui ont eu lieu faisant suite à une pétition (dont j’ai été tout de suite signataire) dont plusieurs chercheurs de l’université du Havre sont signataires m’ont conduit à cet acte qui, pour l’assemblée, se voudrait tant symbolique qu’initiateur d’un processus novateur (c’est du jamais vu en France ! ).

Nous étions une grande salle comble de l’Hôtel de ville de Paris, il y a eu une dizaine de collègues qui ont voté « contre » (sans aucun argumentaire), tous les autres ont voté « pour » une démission collective « administrative ». Cette notion visant à envoyer un « signal fort au gouvernement » tout en préservant « l’activité des chercheurs » tant que faire se peut, tant il est vrai que la recherche et ses prolongements en termes de « civilisation » ne peuvent souffrir d’une « gestion à la petite semaine ».

Il a été précisé et rappelé en substance que « une démission ne prend effet que si elle est acceptée par la hiérarchie ou la tutelle ».

Nous sommes tous concernés et ce mouvement a besoin que nous lui donnions une dimension nouvelle en actes et que nous l’alimentions en réflexions de fond.

Je profite de cette note pour vous dire que je suis disponible pour travailler à des propositions avec les collègues qui le souhaitent pour une contribution au débat au travers des états généraux de la recherche en projet par ce mouvement.

J’en profite pour relayer l’appel du mardi 9 mars 2004 à tous nos collègues (havrais) directeurs de laboratoire signataires ou pas encore pour qu’ils rejoignent dans l’action le mouvement « sauvons la recherche ».

Les quelques mots entre guillemets sont des emprunts de circonstance à différents responsables qui ont participé aux controverses.