L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (3)

Contre la désinformation

le 26 mars 2004

Différentes opérations de désinformation, dont certaines ont clairement une origine gouvernementale, tentent de discréditer le CIP et le travail sur les Etats Généraux, en s’appuyant sur deux mensonges : 1) Le CIP aurait été créé par le gouvernement 2) SLR s’engage dans les Etats Généraux et abandonne ses autres revendications, notamment la demande urgente pour des postes en 2004.

Ces mensonges font leur chemin et des dégâts. Des éléments de réponse peuvent être trouvés dans la lettre de cadrage du CIP datée du 26 mars.

Une pétition venant de Dijon, relayée à Montpellier appelle, à se défier du CIP "dont la plupart des membres ont été choisis par le premier ministre", et affirme que "le comité a été mis en place par le gouvernement". La vérité est que sur 32 membres du CIP, il y a 9 membres de SLR, plus deux ingénieurs syndiqués à la CGT, proposés par SLR. Le CIP comprend 4 personnes qui sont d’anciens représentants ou des représentants actuels de chercheurs hors-statut, plus une série de personnalités scientifiques indiscutables (même si nous ne les aurions pas toutes proposées, pour notre part), qui ne sont ni membres de SLR ni pour autant des marionnettes du gouvernement.

La demande urgente pour des postes en 2004 (organismes derecherche + universités) n’a absolument pas été abandonnée. Nous considérons qu’une action efficace sur ce point doit prendre appui sur des leviers/moyens de pression (comme le furent la démission le 9 mars ou la manif du 19 mars), et non être de vaines incantations. SLR est déterminé à mettre en place deux types d’actions dans les semaines qui viennent, pour continuer à faire pression sur la question de l’emploi statutaire en 2004. D’une part des actions légères, qui peuvent être mises en place de façon désynchronisée dans les villes de France, pour que nous continuions à être visibles, au contact avec la population, en informant et rappelant nos revendications. D’autre part, un ou plusieurs temps forts, fin avril-début mai, sur lequel nous travaillons activement. Ces temps forts auront pour caractéristiques : action symbolique, généreuse, mobilisatrice, politique au sens noble du terme, en soutien à nos demande urgentes pour des postes en 2004.