L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions (0)
Accueil / communiqués partenaires / Le 8 avril les agents EDF-GDF seront en grève pour demander le retrait du projet de transformation en société anonyme.

Communiqué de la fédération mines energies CGT

Le 8 avril les agents EDF-GDF seront en grève pour demander le retrait du projet de transformation en société anonyme.

Par KISTER, le 6 avril 2004

Le 8 avril les agents EDF-GDF seront en grève pour demander le retrait du projet de transformation en société anonyme.

Ce projet serait dramatique pour l’avenir du secteur énergétique et pour la recherche dans le domaine de l’énergie. Beaucoup de recherches sont à mener pour assurer l’indépendance énergétique à long terme dans le respect de l’environnement. Les entreprises qui ont déréglementé le secteur de l’énergie ont sabré des pans entiers de recherche. Depuis plusieurs années déjà EDF et GDF se préparent en réorientant la recherche vers le court terme et le commercial. Les centres d’essais ferment, les budgets sont en diminution (baisse programmée sur 3 ans de 10% à EDF R&D). Nous ne pouvons plus collaborer entre collègues de EDF et GDF. Nos équipes de recherches ont l’habitude de travailler avec le CNRS et le CEA. On voit bien le lien qu’il existe entre recherche fondamentale et appliquée, publique et privée.

Le 8 avril, nous manifesterons à partir de 10h30 rue de Vienne jusqu’au Palais Royal.

Dans la manifestation entre le cortège CGT et CFDT il y aura une banderole intersyndicale spécifique pour la recherche sous laquelle pourront se retrouver les personnels chercheurs de nos entreprises. Des délégations de SLR seront les bienvenues.

Communiqué de la fédération mines energies CGT du 17 février 2004

LA RECHERCHE EN DANGER

En quelques semaines, la pétition lancée par les chercheurs pour sauver la recherche a recueilli plus de 75000 signatures (cette pétition est disponible sur le site internet : www.recherche-en-danger.apinc.org). Le mouvement lancé recueille la sympathie de l’opinion publique. Comment ne pas comprendre le désarroi des chercheurs à qui l’Etat a annulé des crédits depuis 2002, ceux qui voient leur budget amputé d’une manière drastique, ceux qui ont peur de ne pouvoir assurer la continuité de leur labo par manque de recrutement (suppression de 550 CDD) ceux qui voient les jeunes qu’ils viennent de former partir à l’étranger car la perspective est meilleure qu’un post-doc éventuellement renouvelable. La recherche concerne la vie de chacun, les emplois de demain, l’espoir d’une vie future meilleure. Elle oeuvre pour le bien public, avec des personnels passionnés par leur métier et qui aujourd’hui nous disent leur découragement. La recherche se travaille sur le long terme, elle est l’image de la vitalité et de la créativité d’un pays. Elle fait avancer le front de la connaissance. Les chercheurs signataires de la pétition iront jusqu’au bout car ils sont persuadés que leur combat est vital pour la recherche, que s’ils laissent faire elle mourra. Leur sens de responsabilité ira jusqu’à démissionner de leurs fonctions de direction. Le gouvernement est sourd du vacarme qui monte. La même logique en oeuvre, comme un rouleau compresseur, les retraites, la sécu, les services publics, tout, il faut tout casser pour laisser un champ de ruines où pourra proliférer le marché. Les chercheurs de nos entreprises, travaillant dans la recherche fondamentale et appliquée sont aussi touchés par les mesures de réductions de budget et de personnel. Ils savent comme il est important de revendiquer pour faire en sorte que la recherche continue à jouer son rôle. Ils ont ainsi signé massivement la pétition, pris individuellement des contacts et sont prêts pour beaucoup à agir. Les convergences qui existent entre nos industries, les laboratoires de recherche et les universités sont évidentes. Il est temps que les luttes elles aussi se mettent en cohérence. Les contacts pris inter-professionnellement favorisent une plus large riposte.

Aujourd’hui la FNME CGT soutient le mouvement « sauvons la recherche ». Elle appelle ses militants à se rapprocher des personnels chercheurs dans la lutte afin de favoriser toute convergence et toute amplification du mouvement pour gagner.

Le 8 avril, nous manifesterons à partir de 10h30 rue de Vienne jusqu’au Palais Royal.

Dans la manifestation entre le cortège CGT et CFDT il y aura une banderole intersyndicale spécifique pour la recherche sous laquelle pourront se retrouver les personnels chercheurs de nos entreprises. Des délégations de SLR seront les bienvenues.