L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
Accueil / communiqués partenaires / Le cadeau empoisonné du gouvernement.

réactions à l'article «Le cadeau empoisonné du gouvernement.»

  • > Le cadeau empoisonné du gouvernement.

    31 janvier 2005, par mathieu

    Juste quelques idées pour nuancer cet article. je suis d’accord avec la presque totalité de ce qui est dit. Par contre je crois que ce n’est pas une bonne chose que de refuser en bloc les propositions qui sont faites. Les postes de moniteur par exemple peuvent permettre à plus d’étudiants en thèse de se former à l’enseignement et d’obtenir un complément de revenus. Il me semble que ce n’est en rien rajouter de la précarité puisque de toute façon avec un peu de chance la thèse sera considérée comme un CDD si le statut des thésards est enfin clarifié.
    Dans la même ligne d’idée. Je trouve que le statut de chercheur associé (si il est non renouvellable, d’une durée supérieure à deux ans et qu’il débouche sur des postes statutaires dans un bon nombre de cas) serait un position beaucoup plus acceptable que les post docs courts et à répétition qui existent aujourd’hui. Il est évident que tous les docteurs ne pourront pas avoir un poste statutaire dans les EPST et les universités. Ce statut de chercheur associé pourrait permettre d’avoir le temps de faire ses preuves et de préparer les concours plus sereinement (Je pense que c’était ce qui était ressorti des discussions de grenoble). Je suis d’accord qu’il faut rester vigilant mais il ne faut pas tomber dans l’excès et rejeter en bloc le projet qui comporte quand même quelques points interessants (dont l’augmentation du nombre de moniteurs et les "chercheurs associés"). Je pense qu’effectivement ce n’est pas suffisant et que ce projet n’est pas acceptable. Mais je crois qu’il faut rester lucides et constructifs et que c’est justement parce que les conclusions de Grenoble avaient ces qualités qu’elles ont été acceuillies avec respect et qu’il est maintenant plus facile de les présenter comme référence de travail.