L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
Accueil / Actualités / Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique

réactions à l'article «Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique»

  • Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique

    2 novembre 2006

    Bonjour,

    Quoi qu’il en soit la limite d’age est fondamentalement un processus de discrimination. Sa suppression est un incontournable. Enfin elle est réalisée. Il est dommage que les motivations soient d’ordre libéral et non des droits de l’homme (*) [le non au referendum sur la constitution n’aura servi à rien] et que votre critique est alors tout à fait fondée.

    (*)
    http://www.assemblee-nationale.fr/1...

  • > Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique

    14 septembre 2005, par Henni

    Bonjour

    vous dites :

    "Cette mesure aura indubitablement des effets positifs, en permettant enfin l’accès à des postes de CR2 pour des chercheurs au parcours atypique".

    Ces effets soi-disant positifs pour des chercheurs au parcours atypique me semblent vraiment limites non pas par le cadre legal dans lequel se deroule le concours, mais par l’inertie des mentalites au sein des comissions de recrutement.

    J’ai moi-meme un parcours que l’on peut appeler atypique et lors de ma recherche de poste permanent en France rares sont les chercheurs francais que j’ai cotoye qui ont regarde mon parcours sans faire de commentaires desagreables sur ce qu’ils appelle le "papillonage". Par contre parmis les chercheurs d’origine etrangere a qui j’ai parle, mon parcours leur semble normal en comparaison avec ce qui se fait a l’etranger.

    En fait, il n’y a qu’en France que l’on qualifie un parcours riche en experiences diverses d’atypique. Ceci revele bien comment on peut denigrer un chercheur ayant contribue scientifiquement a divers sujets dans divers labos, et qui donc possede - en principe - de vrais atouts pour une carriere scientifique reussie.

    Un vrai probleme de fond est aussi l’inertie et le conservatisme des recruteurs, qui sont eux des chercheurs typiques bien sur.

    Cordialement,

    Henni

    • > Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique

      19 septembre 2005, par Fabienne Thomas

      Bonjour,

      Je suis entièrement d’accord avec la réaction de Henni. Etant une chercheuse atypique j’ai entendu dire que je n’ai aucune chance d’avoir un poste en France. Non pas parce que je suis incompétente mais parce qu’aucun organisme ne peut gérer un profil de carrière aussi compliqué que le mien.

      La remarque provient d’un chercheur et non d’un administratif !!! Aussi à quoi bon changer les règles si les chercheurs eux-mêmes ne se préoccupent que de profil de carrière et non de recherche ?

      Cela dit il faut rendre justice aux pouvoirs publics qui semblent (enfin !!) se rendre compte que l’on embrasse pas une carrière au 21ème siècle comme on le faisait au début du 20ième siècle : à 20 ans avec une voie tracée jusqu’à l’âge de la retraite.

      Aux chercheurs de prendre leur responsabilités et d’embaucher sur des critères propres à redonner vie à la recherche française.

      F.T.

      • > Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique

        20 septembre 2005

        Qui est ce chercheur qui vous a dit ça ?

      • > Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique

        22 septembre 2005

        "Aux chercheurs de prendre leur responsabilités et d’embaucher sur des critères propres à redonner vie à la recherche française."

        Quand ce sont les chercheurs qui embauchent, ils prennent des techniciens, pas des chercheurs. Et quand les techniciens remplacent les chercheurs dans l’organisation de la recherche, ça ne contribue pas à redonner vie à la recherche française.

    • > Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique

      28 septembre 2005, par Charles Plessy

      Cette mesure est une non-mesure : la suppression des limites d’âge est généralisée dans toute la fonction publique, et sa conséquence sur le concours CR2 est un effet de bord. Il n’y a aucune volonté de changer quoi que ce soit dans la procédure de recrutement, et je ne serai pas si optimiste pour les « parcours riches ». Pendant que vous développiez votre originalité et votre créativité, d’autres accumulaient les publications, et c’est avec ces CVs-là qu’il vous faudra rivaliser pour être embauchés...

      Le problème de fond, « l’inertie et le conservatisme des recruteurs », reste donc entier et continue de faire barrage à ceux qui ont quitté un moment le monde académique.

      — 
      Charles

    • > Sur la suppression de la limite d’âge pour les concours de la fonction publique

      28 septembre 2005, par Une chercheuse au Japon

      Il faudrait plutôt changer de concept. "Atypique", je dois dire que je ne comprends pas. Disons que nous avons de l’expérience accumulée sur plusieurs années, que nous avons publié au niveau international, que nous savons manager et diriger des projets de recherches, voire même une équipe plus ou moins grande et selon les cas voire internationales et multiculturelles. Et en plus, il faudrait ajouter la pratique courante de plusieurs langues étrangères. Bref, enlever les limites d’âges, cela ne change pas grand chose. Car pourquoi accepter un poste de débutant quand justement on a une grande expérience professionelle. Voir petit, ce n’est pas une solution.

      Il serait tant que les chercheurs changent leur stratégie marketing, mais aussi proposent des solutions. Dans la vie on le choix :
      1. "on subit" et critique les autres de ne pas changer. Conséquence, rien n’avance et on souffre.
      2. on se prend en charge et on change. A partir de là on devient responsable et prend en main son propre destin.

      Changer c’est ce qu’il y a de plus difficile. Le point 2 me semble le plus approprié surtout pour un docteur qui a la capacité de faire des analyses et de proposer des solutions innovantes.

      Une autre approche consisterait à faire des recommendations, c’est à dire de l"advocacy".

      Enfin, vous verrez, changer votre image, adopter une attitude positive, on viendra vous cherchez. L’attitude est ce qu’il y a de plus important.