L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
Accueil / communiqués partenaires / Communiqué de la Fondation Sciences Citoyennes

réactions à l'article «Communiqué de la Fondation Sciences Citoyennes»

  • Communiqué de la Fondation Sciences Citoyennes

    29 octobre 2005, par François Rivière

    Bonjour,

    thésard en histoire et sciences sociales, je m’interroge sur la promotion du modèle "associatif" qui conclut ce texte par ailleurs très intéressant : en quoi l’association (je suppose type 1901) serait-elle par essence plus citoyenne et plus dirigée vers "l’ingénierie verte" ?
    Beaucoup d’associations ont des statuts très peu démocratiques, sans même parler du fonctionnement réel. En dehors du but "non lucratif" parfois contourné par une dépense orientée, je ne vois pas pourquoi des acteurs associatifs multiples seraient une solution aux problèmes de la recherche. Surtout qu’une association peut difficilement avoir des buts à long terme et prenant en compte l’intérêt général : par définition, elle défend des intérêts ciblés (ceux choisis par ses membres)pour une durée qui dépend de l’implication de ses membres.

    Sinon, citer quelques grands patrons qui vont siéger parmi les 20 membres me paraît moins convaincant que citer les projets retenus, qui eux montrent bien la logique mercantile à court terme.
    Et pour ce qui est des grands groupes, ils ne sont pas plus nocifs que les PME (qui ne sont pas moins nocives) !! la mondialisation touche tout le monde et l’emploi peut aussi être limité/réduit dans des petites entreprises !

    amicalement,

    François Rivière

  • Communiqué de la Fondation Sciences Citoyennes

    25 octobre 2005, par Pouchelle Marie-Christine

    Absolument d’accord sur les principes exposés, bien que non compétente dans ces domaines (le mien c’est l’ethnographie des hôpitaux en France)