L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
Accueil / Actualités / Et maintenant ?

réactions à l'article «Et maintenant ?»

  • Et maintenant ?

    18 mai 2007, par CATELAIN Cyrill

    Je suis soulagé de voir qu’ils existent encore des gens dans la recherche qui se préoccupent de sa durée de vie à long terme essentielle à sa survie.
    Cependant je suis navré de voir encore si peu de statutaires s’impliquer dans cette lutte pour le bien de la société
    En tant que jeune postdoc, je me pose très sérieusement la question de mon avenir dans la recherche et si la situation ne bouge pas, je suis certain de prendre un virage à 90° vital pour ma carrière.
    Malgré tout je suis combattif et je voudrais soutenir activement SLR (si les collectifs locaux veulent bien répondre à mes mails)
    Bref ceci est un appel du coeur car je crois en la recherche fondamentale et je pense que c’est en ayant une approche beaucoup plus fine des mécanismes moléculaires qu’on pourra réellement apporter une apporche thérapeutique plus convaincante, celle que nous demandent les associations qui nous soutiennent puisque le gouvernement, à chaque fois qu’il passe à droite, nous coupe les crédits (cf article paru dans Nature)
    Cyril (catelaincyril@yahoo.fr)

  • Et maintenant ?

    8 mai 2007

    Cher M. Monthubert,

    Je crois que SLR a eu raison de prendre position pour la presidentielle
    (peut-etre un peu tard : je ne suis pas sur que vous ayez ete audible).
    Sa position sur l’inne et l’acquis est plus que surprenante (mais il a,
    si je comprends bien fait du droit : voila qui plaide pour un minimum
    de culture scientifique pour tous, a tous les niveaux, sinon, c’est l’ideologie
    qui prend le pas). Ses declarations sur la litterature ancienne sont egalement
    surprenantes. Pour autant, lorsque je lis les reponses qu’ils vous a faites,
    je me dis qu’il y a du vrai et du bon. En effet,

    - Quels sont les dangers, que vous semblez redouter, sur l’autonomie des universites
    qu’il propose, surtout si celle-ci est accompagnee d’un reel effort financier ?

    - Pourquoi le CNRS doit-il rester tel qu’il est ? L’ensemble du pilotage
    de la recherche ne doit-il en effet pas plutot revenir aux seules universites, peut-etre
    en douceur plutot que brutalement ?

    - Quelles ont ete les consequences de la politique de Mme Thatcher sur les universites
    et la recherche en Angleterre, et quelle a ete sa politique ?

    - J’ai lu les propositions des presidents des universites : elles semblent etre proches
    de celle de N. Sarkozy et faire consensus entre eux (alors que plusieurs se sont prononces
    pour S. Royal et d’autres pour N. Sarkozy).

    - Est-il raisonnable que des filieres telles que l’histoire de l’art, le sport, la sociologie,
    la psychologie soient encombrees, alors que l’on va manquer de physiciens ?

    Je crois que pour que le non specialiste de ces questions que je suis, il serait
    bon que vous developiez davantage votre point de vue et vos arguments, pour ne pas donner l’impression
    d’un combat ideologie contre ideologie. Pour ma part j’avoue etre un peu perdu.

    Je vous remercie de bien vouloir m’eclairer,
    Tres cordialement, et bon courage tout de meme,
    Michel