L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
signatures (3552)
Accueil / Actualités / Appel : Pas de CNRS sans Sciences humaines et sociales !

réactions à l'article «Appel : Pas de CNRS sans Sciences humaines et sociales !»

  • Appel : Pas de CNRS sans Sciences humaines et sociales !

    27 mai 2008

    Dans ce monde d’élitisme biotechnique, c’est assez inquiétant que la marginalisation et l’exclusion touchent toujours les sciences humaines et sociales mais que et paradoxalement, c’est toujours vers elles que les "élus biotechniciens" se tournent pour trouver des solutions aux choas provoqués biotechniques !

    Samba DIOP, Enseignant-chercheur
    Ecologie humaine, anthropologie et éthique publique
    FMPOS, Université de Bamako, Mali

  • Appel : Pas de CNRS sans Sciences humaines et sociales !

    12 mai 2008, par Philippe Dautrey

    Bonjour,

    Je vous répete ce que je vous ai déja dit.Ici, au Mexique, je ne passe pas une semaine sans que l’on me souligne le haut niveau universitaire francais. Ca peut devenir du passé avec N. Sarlozy qui par ailleurs parle de grandeur de la France. Et puis, permettez-moi, ce Monsieur n’a pas le niveau éthique (au sens académique) et intellectuel pour juguer de la recherche. Pour lui, la démocratie est tout au plus un marché et sa sophistication culturelle est bien limitée. Et l’arrogance de ce Monsieur ne saurait faire office de vision scientifique.

    Salutations.

    Philippe Dautrey

  • Appel : Pas de CNRS sans Sciences humaines et sociales !

    19 avril 2008, par Françoise Lestage

    Je suis anthropologue, universitaire (Paris 7) et je suis d’accord sur le fond quant au contenu de cet appel.

    Il reste un point fondamental, à mon sens, qui n’est pas mentionné et qui devrait l’être de façon explicite : c’est la différence de statut entre chercheurs et enseignants-chercheurs.

    Je souhaiterais que soit inclus dans cet appel quelques lignes claires qui iraient dans ce sens et qui mettraient fin à un non-dit hypocrite.

    Françoise Lestage
    paris 7 - URMIS
    francoise.lestage@univ-paris-diderot.fr

  • Appel : Pas de CNRS sans Sciences humaines et sociales !

    16 avril 2008

    Il est évident que la création d’un "Institut des SHS" au sein du CNRS est le préalable à la disparition de ces dernières dans le monde de la recherche, voire même à l’université.
    Je crains cependant que l’argument de l’augmentation du nombre des étudiants dans ces disciplines, indispensables à l’accompagnement des mutations opérées par nos sociétés, ne soit malheureusement pas de nature à conviancre notre actuel gouvernement de leur bien fondé.
    Faut-il rappeller l’utilité de ces disciplines dans le monde actuel ? Est-ce que comprendre notre histoire ancienne ne serait pas de nature à faciliter notre projection dans l’avenir ? Connaître nos racines est indispensable pour favoriser un sentiment d’appartenance européen. Si l’on se connaît mieux, se comprend mieux, on peut aussi plus facilement accepter l’"autre".
    De même, la compréhension des modes de formation et de fonctionnement des langage, des symboles, de la formation des idées, n’est-elle pas de nature a aussi expliciter le fonctionnement du cerveau humain ? N’y a-t-il pas là lieu de tranversalité avec les sciences dites "dures" ?
    Penser la ville, n’est-ce pas une priorité aujourd’hui ?
    Bref, les sujets de recherche, indispensables au bon fonctionnement de notre société sont innombrables, l’utilité et l’apport de ces disciplines au monde actuel n’est pls à revendiquer : il est réel, et compris par tous, y compris ceux qui ne font pas partie de notre organisme.

    • Appel : Pas de CNRS sans Sciences humaines et sociales !

      20 avril 2008, par Stéphane POUYLLAU, ingénieur d’études au CNRS.

      Que peut apporter le CNRS au domaine des SHS ? Entre autres choses, des moyens et des structures permettant aux chercheurs et enseignants-chercheurs de faire de la RECHERCHE. Les SHS n’ont besoin de grands équipements, de plateformes d’édition électronique, de moyens de calcul et de stockage numérique (déjà mutualisés pour certains avec le centre de calcul de l’IN2P3).

      A l’heure ou les archéologues utilisent des scanners 3D, ou les ethnologues enregistrent en numérique, ou les historiens des sciences développent des bases de données regroupant des herbiers historiques toujours utilisés par leurs collègues des USA et ou tous les acteurs utilisent massivement la photographie numérique, le CNRS offre (au travers de ces chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs et structures) à la communauté scientifique un support et des outils trop souvent "oubliés". Le CNRS est un petit bout du tableau de l’économiste, un petit bout du SIG du géographe, un petit bout de la base de données de l’historien, etc...