L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
Accueil / Actualités / Academic Pride : la marche de tous les savoirs !

réactions à l'article «Academic Pride : la marche de tous les savoirs !»

  • Academic Pride : la marche de tous les savoirs !

    29 mai 2009, par surmely alain

    Le noyau dur de notre protestation réside dans le refus de la logique néolibérale réduisant l’ensemble des savoirs académiques,des Lettres,des Sciences(fondamentales,expérimentales,humaines)et de leur diffusion(via l’enseignement,les publications..etc)au domaine utile du secteur privé de la production et de la commercialisation des marchandises.Jamais des pouvoirs se réclamant de la République et donc de ses valeurs n’avaient tenu un discours aussi méprisant,hostile à l’égard de celles et ceux qui consacrent une grande partie de leur vie à élaborer et diffuser les savoirs,à commencer par les savoirs académiques ce qui est un comble !Jamais des pouvoirs se réclamant des valeurs de la République n’avaient mis en oeuvre,en France,une politique aussi destructrice en matière de moyens humains c’est-à-dire d’effectifs et aussi régressive au moyen de la mise en concurrence généralisée des institutions comme des individus.La recherche et l’enseignement sont intimement liés,notamment dans la discipline qui est la mienne à savoir l’Histoire.Sans recherche de qualité,sérieuse,informée par les meilleures sources il n’y a pas de savoirs académiques qui tiennent à l’épreuve du temps.De plus ces savoirs académiques doivent être régulièrement "mis à jour",faute de se réduire à des pseudo-savoirs complètement caducs,sclérosés et inadaptés aux exigences de la vérité et du temps présent.Or,en ce domaine,force est de reconnaître que des pans entiers de la science historique française ne sont plus vraiment vivants faute de recrutement,faute de chercheurs qui s’y consacrent.

    La question est donc de savoir si l’on veut,toutes disciplines confondues,se soumettre à une logique marchande reposant sur le principe de la rentabilité immédiate ou si l’on manifeste notre attachement à une recherche publique vivante(c’est-à-dire financée par les pouvoirs publics),non inféodée aux puissances de l’argent,aux investisseurs privés,à la logique néolibérale du tout consommable-jetable.Je n’accepte pas l’idée que les chercheurs ainsi que les enseignants qui la font vivre soient réduits à des équivalents de mammouths,symbole cher à un ministre passé qui revient en force pour mieux imposer des idées aussi périmées que dangereuses.Doit-on docilement se soumettre au mépris et aux politiques néfastes de M.Propre(Claude Allègre)et de Mme Propre(Valérie Pécresse) ?Il n’y a pas de fatalité à l’obscurantisme dès lors que l’on a bien pris la mesure des enjeux sociaux,éthiques et politiques de la révolution sarkozyste(l’expression est employée par de hauts responsables de l’UMP).Je participerai donc à l’Academic Pride,le 4 juin prochain,en hommage aux Lumières,y compris françaises,avec une pensée particulière pour René Descartes dont la pensée doit rester vivante et continuer à inspirer tous ceux qui refusent l’obscurantisme,l’inféodation aux dogmes de toutes natures.Je manifesterai mon attachement à une pensée libre,vivante,émancipée du dogmatisme qui finit toujours par tuer,comme chacun sait,la pensée.

  • Pour une science citoyenne !

    16 mai 2008, par Bruno Bordenave

    Bonjour,

    La science doit être citoyenne et non subordonnée à des intérêts économiques ou étatiques : la délibération démocratique qui précède les décisions prises par les représentants de notre peuple doit s’appuyer sur une connaissance scientifique rigoureuse, loyale et objective. Ce principe fondateur de notre République doit aujourd’hui être défendu avec fermeté.

    Issu du MNHN (doctorat en 1996) et maintenant chercheur indépendant, je soutiens fortement cette démarche. Je vais voir si une marche est prévue dans ma région et ne manquerai pas le cas échéant d’y participer.

    Encouragements,

    Bruno Bordenave
    Chercheur en botanique

  • Academic Pride : la marche de tous les savoirs !

    16 mai 2008

    Sans hésitation, j’irai à cette marche. Je souffre de cette désinformation sur la qualité scientifique des chercheurs français et leur productivité. Cela me ramène à une question que je me pose depuis des années : pourrions nous connaitre les chiffres de la productivité scientifique de nos collègues ou ex-collègues français qui sont partis à l’étranger (Etats-Unis, Angleterre, Australie, etc ?.. ). Je sais, mais de façon subjective, que les étudiants que nous formons en France sont très recherchés à l’étranger et je sais aussi, la productivité de nos collègues français qui font leur recherche scientifique dans les contextes plus porteurs et plus performants des institutions étrangères. Ces chiffres pourraient-ils illustrer, à notre gouvernement et nos concitoyens, la qualité de la formation scientifique dispensée par nos Université françaises et le gachis de ne pas ensuite donner les moyens à ces chercheurs de faire leur recherche, en France, dans de meilleures conditions ?