L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
Accueil / Tribunes et Contributions / Réformes et modernisation ou assassinat de la recherche et de l’enseignement supérieur ?

réactions à l'article «Réformes et modernisation ou assassinat de la recherche et de l’enseignement supérieur ?»

  • Réformes et modernisation ou assassinat de la recherche et de l’enseignement supérieur ?

    18 janvier 2009, par broda jacques

    Bravo, pour ce texte complet, juste, construit, réel.

    J’adhère à bien des points de vue.

    Pour ma part, j’ai beaucoup contribué sur la précarité, précarité étudiante, précarité des personnels, dans certaines universités près de 30 pour cent du personnel BIATOSS est précaire !

    Précarité qui ne fera qu’augmenter au regard de la crise actuelle, y compris pour les familles des étudiants, dont des dizaines de milliers se trouvent dès lors sur le carreau.

    Que faire ? Demeure la question essentielle.

    Analyser, résister, certes, mais proposer une alternative est urgent.

    La co-opération est le maître mot, sur lequel nous pouvons bâtir une Université Nouvelle, c’est en filigrane dans le texte, aller beaucoup plus loin, entre chercheurs, et universités, des liens forts de fertilisations croisées, inscrire les collectifs comme agents productifs de savoirs, et les reconnaître en tant que tels, innerver la recherche et l’enseignement de la vie de toutes les forces économiques sociales, rompre avec l’hégémonie marchande, et instaurer une philosophie, voire une éthique de la gratuité, au sein de nos productions et des rapports sociaux universitaires, y compris et surtout pour les étudiants.

    Opposer à la contre-révolution à l’oeuvre, une oeuvre de civilisation, où le savoir émancipe et s’émancipe des logiques marchandes.

    D’urgence nous devons réfléchir à un tel projet, le mettre en débat, l’écrire, le construire.

    C’est la raison pour laquelle je réclame des Etats Généraux de l’E.S et de la Recherche.