L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
Accueil / Actualités / Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

réactions à l'article «Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009»

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    10 mars 2009, par jahel

    Si on supprime des chercheurs, la France va s’enliser un peu plus. Pauvre France. Un tel comportement à l’égard de la science, de l’a littérature, des universités , des écoles, même le communisme tant hai misé sur toutes innovations possibles. Le chaos, la tristesse, le désarroi

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    19 février 2009, par eliane

    Je ne suis pas universitaire mais simple prof de lycée et, qui plus est, à la retraite. J’ai appris beaucoup de choses grâce à votre décryptage du discours présidentiel et j’ai mieux compris les risques que nous courons tous. Bravo de vous être investis dans ce travail d’analyse.
    Mais attention à l’orthographe ! La faute la plus pardonnable parce que vraiment adorable est "délasser sa chaussure" Il est vrai qu’en fin de journée.. et quand les orteils se sont longtemps crispés à entendre des insanités...

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    18 février 2009, par lisa tarel enseignante

    merci de vos précisions qui éclairent ce scandaleux discours qui me donne la nausée de même que celui que je viens de m’imposer ce soir à la tv ; en plus des mensonges chaque déclaration est un appel à la division, vilipende une catégorie de la population : un coup les chômeurs , un coup les malades , un autre les fonctionnaires puis à présent les chercheurs décidément seuls ont droit de citer et de s’engraisser ceux de sa clique (les mêmes qu’au diner du sacre au fouquet ) diviser pour mieux régner c’est bien connu si seulement cela permettait que s’unissent ceux qu’on veut diviser de tout coeur avec ceux qui veulent sauver la recherche de ce naufrage cyniquement programmée ; étudiante et enseignante en collège je vis à la fois les atteintes envers l’école de la république et constate le manque cruel de moyens de la fac !!
    2 ans seulement et déjà que de dégâts !!!

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    12 février 2009, par un fonctionnaire

    les 3 missions des enseignants chercheurs et professeur d’université sont l’enseignement, la recherche et l’administration. Mais il n’y a aucune obligations légales par rapport aux activités de recherche et d’administration ! légalement il sont obligés de faire 392h de cours par ans pour recevoir leur salaire qui commence autours de 1700 euros net, et fini après 25 ans de service à 5500 euros net par mois !! se sont les fonctionnaires les mieux payés et les moins contraints par l’administration ! il faut savoir que tous les ans l’état donne aux universités une enveloppe financière que les enseignants se partagent sous forme d’heures complémentaires. Certains profiteurs ne font pas de recherche ou s’investissent dans des taches administratives qui ne constituent pas leur coeur de metier et avec leur temps libre il font des heures complémentaires payées 40 euros/h pour arrondir leur fins de mois !
    autre problème : le recrutement. on accède à tous les postes de catégorie A des grands corps de l’état (trésor, police, santé, fonction publique térritoriale, travaux public, eau et foret,enseignement scolaire(collège,lycée)...) en remplissant des conditions de diplomes puis par concours écrit national et classement des candidats au mérite, sauf dans l’enseignement supérieur ! la plus part des enseignants ignorent les notions de service public et d’égalité de traitement du fait meme qu’il sont recruter de façon arbitraire. Résultat la ministre n’a aucun pouvoir sur eux !!!!

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    11 février 2009, par Michel Bats

    C’est insoutenable ! Après trente ans au CNRS en sacrifiant une bonne partie de sa vie familiale et culturelle, c’est à vomir ! Honte auprès de nos collègues étrangers qu’un président Sarkozy (et ses conseillers) aussi inculte(s) et ignorant(s) puisse(nt) représenter la France dans le monde intellectuel ! Un tel mépris, aussi agressif et grossier, serait pathologique s’il n’était politique.

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    11 février 2009, par evariste7

    Exercice très utile ! Merci Monsieur. Mais exercice difficile : il faudrait pouvoir répondre point à point de façon très factuelle. Nous sommes tous tellement effarés du mépris affiché et de l’ignorance de cet homme que l’émotionnel domine aisément. Et bien sûr nous ne sommes pas dupes de l’idéologie sous-jacente, mercantile, court-termiste et calquée sur des approches qui ont conduit le monde à la catastrophe financière notamment.
    Mais pour pouvoir convertir des adhérents aux vues du gouvernement à nos critiques, il faudrait pouvoir opposer uniquement les chiffres, les rapports indépendants, les avis extérieurs, etc... et uniquement eux. NOUS savons que tous ces éléments vont dans le même sens (voir ainsi l’article de Nature à ce propos, édifiant !) mais tout le monde n’est pas dans ce cas.
    J’appelle ceux qui ont suffisamment d’éléments de ce type sous la main, dont vous M. Audier, à compléter cette analyse, de façon à la transformer en une analyse critique et objective diffusable, puis à la faire remonter sur le site et à proposer que tous ceux qui le peuvent fassent parvenir des copies aux élus et journalistes.

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    10 février 2009, par tr4nzit

    salut à tous

    on se demandes qui a pue voter pour ce mec là.

    pour ma part j’ai voté pour bécacine en pensant que pour une fois on serais en avance sur les states.

    désolé de remettre çà sur le tapis mais le problème est bien là : un buletin de vote c’est pas du PQ.

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    10 février 2009, par isabelle du 30

    merci pour l’argumentation, quand on n’est pas chercheur, on "sent" que tout ça est nauséabond mais on manque d’arguments précis pour les gens qui sont un peu "loin" de tout ça et n’en sentent pas la gravité

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    10 février 2009, par Raffin Jean-Paul

    Monsieur le Président de la République, vous avez parfaitement raison. Nous ne sommes pas évalués, tous nos articles passent sans commentaires, nos unités sont renouvellées de manière automatique par des ordinateurs, nos demandes de financement ne sont que des formalités et acceptées à tous les coups, les prix prestigieux cachent la forêt d’incapables qui ne sortent jamais rien au point que seuls les prix Nobel publient dans des revues de plus en plus rares, faute de résultats valables, nous travaillons de manière archaïque comme au début du 20ème siècle, nos appareils semblent impressionnants mais nous ne savons pas nous en servir, d’ailleurs nous ne comprenons pas les modes d’emploi...
    Merci Monsieur le Président, de nous sauver. Je me fais un devoir, dorénavant, de ne plus envoyer mes publications dans les revues, mais chez vous, afin que vous procédier, enfin, à une évaluation objective.
    Respectueusement.

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    7 février 2009

    Il serait utile que beaucoup de ces chercheurs se posent quelques questions par rapport à ceux qui ont des diplômes et ne trouvent pas de job dans cette période de crise. Chacun veut plus et où trouver de l’argent pour satisfaire tout le monde. Regardez autour de vous et vous découvrirez que vous êtes loin d’être les plus malheureux. Si vous n’êtes pas d’accord vous aurez le moyen de vous exprimer dans les prochaines élections qui sont les seules manières de faire une vraie démocratie... Aujourd’hui ceux qui manifestent sont les plus nantis de notre société qui souhaitent conserver leur pré-carré.....
    Arrétez de manifester et travaillez, à moins que vous n’ayez pas d’idée pour faire avancer votre recherche...
    Des recherches on en a fait avant vous, et souvent dans des conditions plus difficiles...

    • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

      7 février 2009, par Emmanuel Saint-James

      « Les plus nantis » ? Etes vous au courant que ce qui caractérise les deux dernières décennies c’est l’écart grandissant entre revenu du travail et revenu du capital ? Cela a d’ailleurs pris de telles proportions que nous débouchons aujourd’hui sur une crise bancaire induite par la cupidité des financiers qui ont fait prendre à toute la société des risques insensés. Que ceux qui ont un emploi statutaire soient plus à l’abri que des précaires sans capital, c’est une évidence, mais de là à dire que ce sont les plus nantis de la société, c’est témoigner d’une totale méconnaissance de celle-ci.

    • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

      7 février 2009, par Henri Audier

      Précisément, l’un de nos grands problèmes est, si vous lisez ce site,
      les débouchés de jeunes diplômés. Et cela ne date pas de la crise. Pas
      plus l’Etat, qui depuis 2002 laisse recherche et universités en
      déshérence (malgré les mensonges sur les prétendus milliards que nous
      recevrions) que le entreprises et les banques privées. Pendant des
      années, celles-ci ont laisser pourrir les inventions des laboratoires _ : je peux vous raconter pour mon domaine, de tristes histoires sur des
      appareillages scientifiques qu’on n’a jamais pu valoriser faute
      d’investissements. Elles ont préféré spéculer sur des produits
      douteux, l’immobilier et parfois sur les armes. Elles ont mis le monde
      dans le mur. Mais des dirigeants se sont bien servis, même quand ils
      ont été pris la main dans la confiture, et grâce au paquet fiscal, ils
      ont été largement dégrevés d’impôts.

      Certes nous ne sommes "loin s’être les plus malheureux". Nous sommes
      prêt à partager avec vous les avantages que nous avons :
      - A bac +12 et même plus, en moyenne, tout en étant dans les 1% de
      français les plus sélectionnés, et pour un temps de travail qui
      dépasse la norme : c’est 1,5 fois le SMIC
      - pour le niveau prix Nobel, c’est 5000 euros par mois. Cela serait
      une bonne base pour le salaire des PDG des grandes entreprises.

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    3 février 2009, par Une doctorante !

    Bonjour,
    Je suis actuellement doctorante pour devenir chercheuse par la suite (peut-être pas en France si les ravages continuent de cette façon !)
    Je trouve cette marque de mépris envers la recherche de la part de " notre " président totalement scandalisante ! Les commentaires écrits pour chaque paragraphe sont parfaits et je pense qu’il faudrait les faire parvenir à Monsieur Sarkozy afin qu’il se renseigne plus sur le sujet plutôt qu’il essaie de nous faire ingurgiter les inepties qu’il a dit sur la recherche.

    Quant à la fuite des cerveaux à l’étranger, elle est aussi peut-être du à la non reconnaissance, en France, du travail et des études effectuées. Un chercheur statutaire en début de carrière peut gagner moins, en France, qu’un thésard effectuant un monitorat et en plus à l’étranger sont travail sera beaucoup plus valorisé ! Quel est l’intérêt de venir travailler ici ?

    Des réformes doivent surement être faites mais pas dans le sens que l’énonce le président !

    Et peut-être que si aux Etats-Unis, la recherche avance si bien, c’est grâce aux moyens considérables mis à la disposition des chercheurs !

    Merci à tous ce qui se mobilisent pour sauver la recherche !!!!

  • Que faire ?

    28 janvier 2009, par Sylvain

    Je suis jeune chercheur en poste depuis deux ans. En écoutant les discours qu’enchaîne Sarkozy depuis qu’il est au pouvoir, en observant ses réformes, je me demande si je vais continuer la recherche. Je tiens à rester vivre en France pour que mes enfants connaissent leur famille, il n’est donc pas question pour moi d’aller grossir les statistiques de la fuite des cerveaux. J’ai décidé de faire de la recherche et de sacrifier l’argent pour faire ce que j’aime ; pour un peu de liberté et d’autonomie dans mon travail ; pour travailler avec des gens agréables, ouverts et cultivés, et je m’aperçois que désormais le compromis pour lequel j’ai choisi ce métier est en train d’être complètement revu et se transforme en ’sacrifice financier’. En effet, les pressions administratives sont de plus en plus fortes et essaient de choisir à ma place ce que je voudrais faire ; j’ai du mal à trouver épanouissant le travail de constitution de dossiers de l’ANR dont les appels me semblent de plus en plus dirigistes à chaque nouvelle publication ; le travail collégial et le partage des connaissances va devenir une mauvaise stratégie de carrière et je crains de voir mes collègues devenir des adversaires dans un bataille organisée en l’honneur de la sainte concurrence. Il me reste donc une alternative : aller travailler moins dans le privé pour un meilleur salaire (même mes mauvais étudiants gagnent au moins 50% de plus que moi à l’embauche et ils ont des CDI et ne connaissent pas la précarité ni la mobilité des postdocs !!!). Seulement, comme je suis chercheur et par conséquent un peu don Quichotte à mes heures, je vais tout de même m’investir autant que je peux dans le mouvements sociaux qui s’annoncent pour voir si je ne peux pas maintenir ce compromis qui m’avait fait choisir ma passion pour la science plutôt que la raison économique.

  • Autre réponse au discours présidentiel du 22 Janvier 2009

    27 janvier 2009

    Le commentaire ligne à ligne de ce discours me paraît excellent. J’aimerais simplement ajouter un point : a-t-on jamais vu un élu d’un tel rang malmener à ce point la syntaxe ? Ce n’est plus du français, c’est du sabir.Cela aussi est une forme de mépris.
    Laurent Cesari, Université d’Artois