L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
Accueil / Actualités / 24 mars et 26 mars : tous dans les manifestations

réactions à l'article «24 mars et 26 mars : tous dans les manifestations»

  • 24 mars et 26 mars : tous dans les manifestations

    23 mars 2009, par melot gerard

    la tenacité est notre seule qualité face à l’ane baté de la ministre préte à abandonner son poste pour le conseil général de l’Ile de France ; j’espére qu’à cette période les étudiants se souviendront des miséres d’aujourd’hui et que dans les débats électoraux on pourra rabattre son caquet de prétentieuse à gérer la région. Je me souviens d’un texte du moyen age,où un pére souhaite que ces deux fils aillent à l’université pour connaitre le monde sans obligation d’acquérir une formation pour leur travail. J’ai suivi 50 cours au CNAM ce qui me permet actuellement grace à cette culture tout azimut de suivre les problémes de l’existence, des sciences sociales et dures (biologies, médecines enseigné par linserm, économies par Fourastié,développement du tiers monde (Mouton,juglas) et meme l’aménagement du territoire (3 cycle à Nanterre), sans oublier à plus de 50 ans la formation sur les ressources humaines (2 dilome supérieurs) ; avec ses titres on peut se qualifier selon Bourdieu "intellectuel prolétaire" et vivre comme le voulait mon maitre Jean Dufrenoy en "honnete homme".la connaissance est un état d’esprit permanent, nécessaire pour vivre, pour s’exprimer et parfois je regrette que la faculté n’est pas assez ouverte aux anciens et je constate que si l’on travaille il est difficile d’étudier et de vivre en meme temps. A partir de la licence un étudiant devrait avoir les moyens financiers pour se consacrer entiérement à ses études. Ce n’est pas le cas actuellement malgré les désirs de mai 1968 qui ont été oubliés par nos politiques ;