L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
Accueil / Actualités / Rapport de la Cour des comptes sur l’ANR (I). La petite grenouille qui enfle, qui enfle ou comment fabriquer un monstre bureaucratique piloté de près

réactions à l'article «Rapport de la Cour des comptes sur l’ANR (I). La petite grenouille qui enfle, qui enfle ou comment fabriquer un monstre bureaucratique piloté de près»

  • Rapport de la Cour des comptes sur l’ANR (I). La petite grenouille qui enfle, qui enfle ou comment fabriquer un monstre bureaucratique piloté de près

    17 juillet 2011

    Bonjour,
    je suis professionnel dans le traitement de vitrage automobile - vitre teintée - et il serait intéressant pour moi d’investir dans la recherche dans le domaine du film solaire. Je trouve désolant que les PME ne disposent pas de suffisamment d’aide de la part de l’Etat pour pouvoir investir dans la recherche.

    Fredj

  • Rapport de la Cour des comptes sur l’ANR (I). La petite grenouille qui enfle, qui enfle ou comment fabriquer un monstre bureaucratique piloté de près

    16 avril 2011, par Bête spatio-temporelle

    Je n’ai pas lu l’article en entier, mais de ce que j’ai lu, il semblerait que la recherche française est gangrenée par des groupes administratifs se chargeant d’appliquer la politique de l’Etat. N’y aurait-il pas des luttes à faire au niveau des administrations dans les labos ?

  • Rapport de la Cour des comptes sur l’ANR (I). La petite grenouille qui enfle, qui enfle ou comment fabriquer un monstre bureaucratique piloté de près

    12 avril 2011

    Pour faire crever cette petite grenouille dans l’oeuf, il y a un moyen simple = le tirage au sort !
    Organisons chaque année une grande loterie de la recherche avec une soirée de type téléthon !
    Les postulants remplissent un formulaire simple de programme de recherche (avec le financement et meme aller des jolis diagrammes de gant avec autant de Homme-mois que nécessaires). On met le tout dans un gros tonneau et Mme Pécresse en personne vient annoncer devant la télé le nom des heureuses unités retenues.
    Avec ça : 1) plus de pseudo-évaluations tout autant dispendieuses que bidons ; 2) plus d’appel à projet à moustache ; 3) distribution parfaitement démocratique puisque tirée au sort de l’intégralité des sommes allouées.

    Au cours de cette même soirée, on identifie les quelques labo qui, l’année précédente, ont eu des financements mais n’ont pas fait le boulot prévu (sans lien avec le fait d’obtenir ou pas des résultats publiables)... on prend le porteur de projet et hop du goudron et des plumes !
    Haaaaa enfin un fonctionnement rationnel, transparent et 100% démocratique du mode de financement de la recherche publique !