L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions
Accueil / Tribunes et Contributions / LE CREDIT D’IMPOT sur le nombre de chiens. Conte immoral.

réactions à l'article « LE CREDIT D’IMPOT sur le nombre de chiens. Conte immoral.»

  • LE CREDIT D’IMPOT sur le nombre de chiens. Conte immoral.

    24 décembre 2011, par KELLER Angélica

    Eh bien !

    En lisant le journal Le Monde daté du 24 décembre, j’en viens à me souvenir que notre petit nicolas national a des origines hongroises... et que notre chroniqueur préféré, HEA est un visionnaire ;
    en effet qu’y a -t-il à lire dans ce journal de référence ?
    "Et la Hongrie inventa la préférence nationale canine"
    voir ici

    Un beau cadeau de Noël pour Henri !
    faut-il en rire ou en pleurer ? La réalité dépasse quelquefois la fiction !

  • LE CREDIT D’IMPOT sur le nombre de chiens. Conte immoral.

    29 novembre 2011, par IUM

    Bonjour,

    J’ai déjà eu l’occasion de dénoncer les abus du CIR à l’occasion d’un précédent post mais je crois que cela ne sert à rien. Comme me dit mon patron, célèbre directeur associé d’un cabinet spécialisé en financement de l’innovation, partenaire du "prestigieux" ordre des experts comptables, et sa directrice du pôle conseil : "... Vous êtes trop naïf. Nous ne faisons qu’aider les PME". Mais que veulent-ils sous-entendre par cette phrase. Que l’Etat est complice ? Que ces abus sont tolérés par nos politiques ? Le moyen miracle de clapper le bec de nos chefs d’entreprise, de sauvegarder de l’emploi, quand il n’y a aucun autre moyen de le faire, peut être ?
    Il a peut être raison, mon patron, lui qui coutoyait les parlementaires et qui faisait du lobbying, à l’occasion du PLF 2012, au sein même du sénat, à coup de déjeuners et diners de haute gastronomie financés par l’argent du CIR.
    Je reprends à chaque fois, le même exemple : un voyou, ce n’est pas nécessairement un "jeune des cités" habillé en casquette et baskets. C’est ce chef d’entreprise habillé en LAPIDUS, qui par son arrogance, aide si généreusement, à raison de 20 à 25% de success fees, nos PME à dévaliser nos impôts. Pour un chiffre d’affaire annuel moyen de €6M., avec 60% d’abus (pourcentages R&D gonflés, DAF et Directeurs avec des salaires incroyables qui deviennent subitement chercheurs, R&D inexistante, justificatifs scientifiques dignes de films de science fiction,...), je vous laisse le soin de faire les comptes des montants de CIR dérobés chaque année.
    A part changer de service, comme j’ai du le faire, que peut-on vraiment faire pour stopper cela ?
    Alors, si ce "jeune des cités" écope d’une peine d’un an de prison pour un vol de téléphone portable, quelle est la peine encourue pour ces voyous, qui sont mon patron et sa zbir ?

    IUM

  • LE CREDIT D’IMPOT sur le nombre de chiens. Conte immoral.

    29 novembre 2011, par thomas

    un détail : que 75% du commerce français soit fait en Europe ne prouve pas que l’Euro fort n’est pas une des causes des difficultés à exporter : ce chiffre peut très bien être aussi grand précisément parce que l’Euro fort freine l’exportation...Par ailleurs, le vrai chiffre des exportations française en zone euro est proche de 49% (calculer à partir de http://www.insee.fr/fr/themes/table...)