L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions

réactions à l'article «La maladie du not-made-at-home»

  • > La maladie du not-made-at-home

    22 février 2004

    réponse à Sylvain Miachon

    Quand même faut pas exagérer, qu’est ce qu’il a d’incompréhensible ce texte ? Il y 3 mots technique « cognitivisme » , » comportementalisme », « process ». On trouve ça dans un dictionnaire, on en entend parler au lycée non ?

    Pour le reste, les théories qui sou tendent le texte, si tu ne les connais pas, ça n’empêche de saisir le propos de l’auteur. "L’évaluation piège à con" t’as jamais eu à subir et même à participer ?
    - "Donnez nous les critères sur lesquels nous vous évaluerons." On peut pas faire mieux non ?

    Et toi, bonne pomme, tu réfléchis, tu supputes, tu te remets en question, tu proposes des critères pertinents, assortis de multiples nuances, plein de bonne volonté pédagogique, pour que ton interlocuteur évaluateur puisse comprendre ta démarche, tes doutes, tes tours et détours, les sinuosités de ta recherche et tout ça et tout ça.

    Ton brave évaluateur il va même t’expliquer quelques finesses administratives, de comment présenter tes résultats, pour que ça passe mieux.. Bien sur, t’oublies pas qu’il est pas tout seul et que derrière lui il y a la masse anonyme de l’Administration. Celle qui te donnes les sous. Evaluation objective d’accord, mais avec comme but le financement à venir. Ca te met pas la puce à l’oreille ?
    T’es trop chercheur focalisé et tu connais rien au reste du monde ? T’as jamais entendu parler d’économie , de priorités, de gel de budget, et la je te cause pas de Freud ou de Lacan, je te cause des sous pour que ton labo fonctionne.

    Bon tu l’as rendu ton « rapport projet » d’évaluation etc…. Tu crois vraiment qu’il faut que je te raconte la suite ? T’as bien quelqu’un qui se préoccupe des financements de ton labo pas loin de toi ? Demandes lui. Tu verras à quoi elle a servi ton évaluation, sous couvert d’objectivité et d’impartialité.

    Que ce soi toi ou un autre, y a pas de différence pour le financeur. Son horizon, c’est les actionnaires, ou les électeurs, c’est pas le big-bang. Pardon pour le terme ésotérique. J’ai pas pu m’en empêcher. Ca mérite peut-être de prendre le temps de renconter tes collègues, ceux qu’ont pas trop d’oeillères ? Me dis pas que tu ne vois rien sur les côtés !

    C’est un peu nerveux, ce texte, j’en conviens, peut-être que j’idéalise un peu trop les chercheurs ?

    Olivier
    Pas chercheur
    Strasbourg

  • > La maladie du not-made-at-home

    19 février 2004, par Sylvain Miachon

    L’humour, d’accords.
    Le language d’initié abscond pour qui n’est pas du sérail, je ne vois pas bien ce qu’il apporte au débat, en dehors d’un sentiment diffus de ... ridicule.
    Allons, un peu d’ironie ne fait pas de mal, mais seulement si tout un chacun est capable de la comprendre...