L’Association "Sauvons la Recherche" Groupes de travail Comités loc. et transv. Université de printemps 2011 EUROPE
Accès thématique Emploi et précarité Communiqués de SLR Actualités communiqués partenaires
Médiathèque Les archives Documentation revue de presse Tribunes et Contributions
accueil contact plan du site admin
caractères +caractères -
article
réactions

réactions à l'article «Parents en colêre»

  • > Parents en colêre

    18 mars 2004, par Hadjiisky Magdaléna

    Votre idée d’association Parents en colère me paraît être une très bonne initiative. Si vous la mettez en pratique, pourriez-vous me le faire savoir avant samedi 20 mars ? les universités de Rennes ont leurs portes ouvertes où il y aura des stands SLR et il y aura bcp de parents... merci. Magdalena Hadjiisky (doctorante), membre du bureau du collectif rennais de SLR

    • > Parents en colêre

      20 mars 2004, par Claude, signataire, parent, graphiste

      Bien sûr que c’est une bonne idée...
      Si toutefois vous avez encore le courage de vous coltiner les fédérations de parents d’élèves (au secours, je sors de 15 ou 16 ans d’éternelles et stériles gloses parentesques...).

      Mon fils étant en 1ere S, se destine à la recherche, cela a en partie motivé mon soutien
      à la pétition initiale, mais travaillant dans un domaine culturel, entourée d’intermittents, beaucoup d’amis dans l’enseignement, nous sommes beaucoup à trouver que ça suffit l’arrogance de ces hommes politiques qui cassent leur jouet... et bradent le bien social de nous tous, acquis pas les générations avant nous.

      Il s’agit bien d’un problème touchant toutes les générations, des groupes sociaux dont le rapport au travail est lié à la pensée. Nos enfants qui refusent de faire des écoles de commerce, et qui continuent à croire à des valeurs dites "humanistes", qui ont entre 13 et 18 ans aujourd’hui, comprendront-ils ce massacre sociétal ? Notre monde n’est pas à vendre.

      Pour ma part je suis disposée à collaborer dans un mouvement qui s’ouvrirait davantage sur la société de la culture, de l’éducation. tout ces domaines que l’état a le devoir de soutenir.
      Une collaboration : des images, de l’édition, de la "communication. (attention les slogans actuels de la recherche ne sont pas très forts, un peu potaches,).

      Et bien entendu , seuls dans l’isoloir,c’est à vous de décider intimement, quel monde vous avez envie de transmettre en héritage à vos enfants.

      • > Parents en colêre

        22 mars 2004, par Britt HOUSSEMAINE

        Bonjour,
        Je veux vous rassurer tout de suite. Notre but est plutôt de créer un collectif de parents qui refusent la situation actuelle, à savoir que diplomés ou non, les jeunes sont confrontés dès leur entrée dans la vie sociale au chômage ou alors d’accepter des petits boulots, sous payés et exploités. Inadmissible aujourd’hui. Nos actions futures sont à réfléchir mais ne doivent pas suivre les brisées de associations de parents d’élèves existantes.
        Mon fils de 30 ans est docteur en biochimie qui sera en septembre 2004 RMIste s’il ne s’exile pas.
        Vous parlez d’une culture d’humaniste, de travail lié à la pensée, mais ces mots seront bientôt rayés de notre vocabulaire et de notre système de référence si nous ne nous battons pas.
        A bientôt.
        Britt.

    • > Parents en colère

      20 mars 2004, par Claude, signataire, parent, graphiste

      Bien sûr que c’est une bonne idée...
      Si toutefois vous avez encore le courage de vous coltiner les fédérations de parents d’élèves (au secours, je sors de 15 ou 16 ans d’éternelles et stériles gloses parentesques...).

      Mon fils étant en 1ere S, se destine à la recherche, cela a en partie motivé mon soutien
      à la pétition initiale, mais travaillant dans un domaine culturel, entourée d’intermittents, beaucoup d’amis dans l’enseignement, nous sommes beaucoup à trouver que ça suffit l’arrogance de ces hommes politiques qui cassent leur jouet... et bradent le bien social de nous tous, acquis pas les générations avant nous.

      Il s’agit bien d’un problème touchant toutes les générations, des groupes sociaux dont le rapport au travail est lié à la pensée. Nos enfants qui refusent de faire des écoles de commerce, et qui continuent à croire à des valeurs dites "humanistes", qui ont entre 13 et 18 ans aujourd’hui, comprendront-ils ce massacre sociétal ? Notre monde n’est pas à vendre.

      Pour ma part je suis disposée à collaborer dans un mouvement qui s’ouvrirait davantage sur la société de la culture, de l’éducation. tout ces domaines que l’état a le devoir de soutenir.
      Une collaboration : des images, de l’édition, de la "communication. (attention les slogans actuels de la recherche ne sont pas très forts, un peu potaches,).

      Et bien entendu , seuls dans l’isoloir,c’est à vous de décider intimement, quel monde vous avez envie de transmettre en héritage à vos enfants.